Archives expositions temporaires

ARCHIVES

2017

Portraits de femmes

du 8 février au 30 juillet 2017

Avec l’exposition Portraits de femmes, le Musée Africain présente un ensemble de portraits photographiques provenant des studios de l’Afrique de l’Ouest (1960-1980) et de rencontres avec des femmes de la région lyonnaise (2016).
Dès la seconde moitié du XIXe siècle, des photographes réalisent des portraits dans leurs studios itinérants à la demande principalement des élites africaines souhaitant par ce biais souligner leur position sociale. Après les indépendances, l’augmentation sensible des studios dans les centres urbains entraîne une démocratisation du portrait photographique (portraits de groupe, portraits de famille, etc…) où les décors peints et les accessoires (postes de radio, scooter, etc.…) occupent une place importante dans la mise en scène.
Durant les années 1960-1980, les changements économiques et culturels se perçoivent dans les photographies de femmes où ces dernières s’affirment plus autonomes et actives, en tenues occidentales ou en grande robe, même si les sujets montrent l’importance des liens familiaux tels que nous l’observons dans certains portraits de groupe ou de famille. D’un format réduit, les photographies sont des images codées, construites, intemporelles qui traduisent une représentation des femmes telles qu’elles ont voulu être évoquées, voire magnifiées.
Mais aujourd’hui, les regards portés sur les femmes, notamment par elles-mêmes, se sont transformés. Comment appréhender ces différents regards, ceux de ces femmes à la culture européenne et africaine ? Dès le printemps 2016, nous avons engagé, avec Angelo Micheli, historien de l’art, un travail de prises de vue et d’entretiens auprès de quarante d’entre elles qui nous a fait découvrir la richesse de leur parcours. Leurs portraits accompagnés de dix-neuf photographies de studios sont présentés dans l’exposition, reflet de la diversité et des dynamiques interculturelles de notre société, de notre région lyonnaise.

                  

2016

Objets d’amis, objets chéris d’Afrique subsaharienne

Du 14 septembre au 20 novembre 2016

L’exposition Objets d’amis, objets chéris est consacrée aux œuvres d’Afrique subsaharienne provenant des collections privées des membres de l’Association des Amis du Musée Africain de Lyon. Cette exposition est une occasion unique de découvrir une trentaine d’œuvres rarement exposées à la vue du public et de partager la passion de leurs collectionneurs pour les arts africains.

Pour l’exposition Objets d’amis, objets chéris, les soixante-dix membres de l’Association des Amis du Musée Africain ont été invités à choisir et à commenter une pièce de leur collection.

 


 

Jeux d’enfants – Figurines rituelles

Du 29 janvier au 31 juillet 2016

Les figurines anthropomorphes en bois, en terre, en tissus ou en matériaux divers sont fréquemment utilisées dans les jeux d’enfants en Afrique subsaharienne. Cependant, l’usage de ces figurines peut se prolonger au-delà de l’enfance. Le jeu devient alors rite, la statuette prenant un sens nouveau : les soins qui lui sont prodigués peuvent, par exemple, assurer la fertilité des femmes. Ainsi, des jeunes filles, voire des femmes, continuent à s’occuper d’une statuette jusqu’à la maternité, et même au-delà.

L’exposition est construite autour de trois grands thèmes : le jeu, la fertilité et la gémellité.

 


 

2015

L’ancien et les modernes

Du 8 septembre 2015 au 3 janvier 2016

Veduta/Biennale de Lyon s’associe au Musée Africain pour échanger autour du moderne. L’exposition L’ancien et les modernes présentée au Musée Africain du 8 septembre 2015 au 3 janvier 2016 est l’occasion de réunir une installation de Nedko Solakov (Bulgarie) et des œuvres de deux jeunes artistes, Sidy Diallo (Sénégal) et Ezra Wube (Ethiopie). Les peintures de Sidy Diallo et les vidéos d’Ezra Wube reflètent les préoccupations des nouvelles générations face au développement économique et urbain en Afrique. L’installation de Nedko Solakov pose un regard ironique sur l’univers des collectionneurs.

 


Art Gèlèdè, miroir d’une société

Du 6 mars au 31 juillet 2015

Le Musée Africain de Lyon présente une exposition consacrée à l’art Gèlèdè. Les masques de la société Gèlèdè sont les masques les plus importants des YorubaNagos, population implantée essentiellement dans l’est du Bénin et dans le sud-ouest du Nigéria ainsi que dans l’est du Togo. La tradition Gèlèdè, née dans la deuxième partie du XVIIIe siècle et probablement dans la ville de Kétou (Bénin), reste très active encore aujourd’hui dans les populations yoruba, nago et fon. Les objets exposés couvrent une période qui s’étend de la fin du XIXe siècle à aujourd’hui. L’exposition comprend une trentaine de masques et d’objets de la collection particulière de Jean-Yves Augel. Une vingtaine de masques Gèlèdè sont également présentés dans les collections permanentes du musée, accessibles en même temps que l’exposition.


2014

Pascale Marthine Tayou, FAST & SLOW

Du 15 septembre 2014 au 15 février 2015

Pascale Marthine Tayou, artiste connu de nombreux lyonnais pour ses installations au musée d’art contemporain en 2011, lors de la Biennale d’art contemporain de 2000 et 2005 ainsi que pour ses masques présents sur les rives de Saône, revient à Lyon pour une exposition au Musée Africain. Cette exposition est l’occasion de présenter une dizaine d’œuvres de l’artiste en résonance avec des objets de la collection du Musée africain sorties spécialement des réserves. Elle sera articulée autour de deux séries d’œuvres de Pascale Marthine Tayou. Les poupées pascale feront écho aux objets rituels de la collection et les Afros seront présentés avec des paléo-monnaies africaines.


 

Vodou, du visible à l’invisible

Du 20 mars au 31 juillet

Le Musée Africain de Lyon présente au printemps 2014 une exposition consacrée au vodou béninois. L’exposition comprend une vingtaine d’objets de la collection particulière de Claude Rouyer. Ces objets proviennent principalement de la population Fon du Bénin, où la tradition religieuse vodou reste très active. Des photographies en noir et blanc d’Agnès Pataux, réalisées lors de ses nombreuses enquêtes ethnographiques en Afrique de l’Ouest, présentent les lieux où se pratique le culte vodou, et les vodounonguérisseurs, intercesseurs entre l’ici-bas et les esprits.

 


2013

Le refus de Rosa Parks de Ndary Lo

Du 11 septembre au 29 décembre

Le Musée Africain de Lyon présente l’installation Le Refus de Rosa Parks  de l’artiste sénégalais Ndary Lo en résonance avec la Biennale de Lyon 2013. Le Refus de Rosa Parks rend hommage à cette femme noire qui, un jour de décembre 1955, refusa de céder sa place à un passager blanc dans un bus de Montgomery en Alabama. L’arrestation qui suivit ce geste déclencha un boycott des transports publics municipaux qui dura plus d’un an. A travers cette installation, Ndary Lo met en valeur les hommes et femmes anonymes ou célèbres qui se sont battus pour leur dignité et celle du peuple noir.


A la Guillotière, la petite Afrique

Du 15 mai au 28 juillet

En partant des travaux précédents du photographe-ethnologue Benjamin Vanderlick auprès des populations d’origine africaine résidant dans le quartier de la Guillotière ou le fréquentant, le Musée Africain organise une exposition et une série d’actions autour des commerçants qui s’adressent à ces populations. L’exposition comprend une vingtaine de photographies réalisées en 2013.


Atelier Tokoudagba*

Du 12 janvier au 5 mai

Le musée Africain rend hommage à Cyprien Tokoudagba, artiste béninois décédé en mai 2012. Cyprien Tokoudagba est l’un des artistes contemporains béninois majeurs et connu en France depuis sa participation en 1989 à l’exposition Les Magiciens de la Terre au Centre Pompidou à Paris. L’exposition du Musée Africain de Lyon rassemble une vingtaine de toiles et quelques sculptures représentant les différents rois et dieux de la cosmogonie béninoise.


 

2012

L’Afrique illustrée, du mythe au quotidien

Du 2 juin au 29 juillet

Le Musée Africain présente du 2 juin au 29 juillet 2012 une exposition consacrée aux illustrations originales de quatre albums jeunesse. Ces albums pleins de couleurs et de vie sont l’œuvre de quatre auteurs-illustrateurs : Christian Epanya, Dialiba Konaté, Dominique Mwankumi et Véronique Vernette.

Leur travail littéraire et leurs illustrations font de chaque album une œuvre originale. Trois des quatre histoires mettent en scène la vie quotidienne d’enfants en Afrique sur un mode à la fois réaliste et poétique.

 


 

Cheikh Ndiaye : Cinémas Africa

Du 15 septembre au 30 décembre

Le Musée Africain présente du 15 septembre au 30 décembre une exposition consacrée à une série de peintures de Cheikh Ndiaye sur les cinémas désaffectés au Sénégal et en Côte d’Ivoire. Les anciens cinémas, construits peu après les indépendances en Afrique, ont une architecture particulière. Espaces de mise en scène de jeunes. États entrant dans la modernité, ces bâtiments ont par la suite été abandonnés. Leur architecture demeure toutefois le témoignage d’une époque. Et si ces cinémas ont perdu leur fonction originelle, d’autres usages leur ont été trouvés par les habitants des villes.


Gémellités, images de l’Afrique de l’Ouest

Du 22 février au 20 mai

Le Musée Africain propose l’exposition Gémellités, images de l’Afrique de l’Ouest . Cinq photographes Ibrahim Sanlé Sory (Burkina Faso), Norom Japhet (Burkina Faso), Tidiani Shitou (Mali), Edouard Mehomey (Bénin) et François Montcho Ahehehinnou (Bénin) présente des doubles portraits (parents, amis, relations…) en noir et blanc réalisés entre 1960 et 1990. Leur point commun: « ils représentent ces liens particuliers, et les célèbrent, en faisant référence aux images de la gémellité de leurs propres cultures, images mentales ou figurées, comme le rappellent des sculptures du musée ».


2011

Hommage à Joël Dossou

Simplice Ahouansou

Clins d’Œil d’Afrique